Le « Samaâ » ou l’art de l’écoute dans la tradition Soufie

Driss Benzoine, enseignant de yoga, souriant dans la nature

Driss Benzouine est enseignant de yoga et formateur depuis 20 ans. D’origine marocaine, il est diplômé de l’Institut de Yoga Intégral d’André Van Lysbeth et de l’Institut Français de Yoga avec François Lorin. Il s’inscrit dans le courant tantrique du Hatha Yoga et dans la voie mystique soufie, à travers son expérience dans ces lignées auprès de maîtres traditionnels en Inde et au Maroc.

Il nous livre ici son point de vue sur l’Ecoute, dans la voie du soufisme.

Driss Benzouine animera un stage pour l’IFYM en janvier 2020 sur le thème: « La Voie intérieure: Yoga et Soufisme ». Nous vous en parlerons bientôt !

Le « Samaâ » ou l’art de l’écoute dans la tradition Soufie: un article de Driss Benzoine

Il y a une essence intérieure profonde et sacrée qui transparait d’une façon ou d’une autre, et à des moments significatifs, dans la vie de chacun. Poussé par la présence dans son fort intérieur de cette essence et d’une force évolutive, l’Homme cherche une réponse à son besoin de savoir et d’être. C’est à cette grandeur cachée, que s’adressent les Voies Initiatiques comme le Yoga ou le Soufisme.


Les Traditions Initiatiques ont toujours été les gardiennes d’une mémoire intacte et les garantes d’une évolution possible vers l’essentiel avec plus de science et de conscience.


De nos jours en occident, un cheminement vers cette Essence et son
épanouissement dans tous les domaines du quotidien est possible. L’une des
caractéristiques les plus intéressantes de la tradition soufie réside dans la liberté et la richesse de son expression. Les Maitres soufis du passé et du présent ont mis en oeuvre des moyens d’une force et d’une originalité sans pareil pour transmettre leurs enseignements. Ils emploient à des moments précis le « Maqam », reflet des situations de la vie quotidienne, des expérimentations de l’écoute active pour aller chercher le « sacré », une saveur bien au-delà des formes.

Faire avancer le chercheur ou l’aspirant sur le chemin est la priorité du Maitre qui est aussi un Ami Spirituel (Sahib). Pour accomplir ce travail sur soi une gamme d’expressions spécifiques va être utilisée : exercices respiratoires, mouvements de danse. Toute une série d’activités dans lesquelles le corps, l’attention et la présence physique sont fortement utilisés pour des méditations actives.


Le Samaâ veut dire : audition spirituelle. Une pratique qui a été utilisée par
Jalaludine Rûmi comme un moyen de dévotion et de contemplation. Connu
aujourd’hui par la danse des derviches tourneurs le Samaâ est une forme de prièredu coeur appelé « Zikr » . Véritable instrument de pénétration et d’approche à l’intérieur du coeur, la technique du Zikr met en fonction la respiration et l’évocation. Elle permet au pratiquant d’harmoniser sa volonté et son désir avec l’Essentiel.


C’est en son coeur que le chercheur guidé par le Maitre, peut trouver le chemin, à la porte toujours ouverte sur sa propre réalité, vers la grandeur de son intérieur. Grâce à une qualité d’écoute bien particulière de la musique qui accompagne le soufi dans son tournoiement, le coeur est purifié. Ce coeur, palais de l’intime, où l’esprit de la prière rejoint sa bien-aimée l’âme, en silence et hors du regard usurpateur, avide de preuves. La voie soufie, comme tout chemin évolutif, est une prodigieuse aventure humaine ; il exige engagement, discipline et courage.

Driss Benzouine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.